Socioecopofi

CAC 40 et s'il était trompeur voire FAUX ?

Du respect du droit à l'information juridiquement opérationnelle mis à jour au
10 04 15

NOUVEAU

ET LE 17 JANVIER 2017, LA CONFIRMATION DE MES PROPOS JURIDIQUES

 Nouveau : 21 06 16 Dernière décision juridique "Lecoq Vallon"

11 04 16 Décision juridique "Lecoq Vallon"

Christian PIRE ?

 

DERNIERES VIDEOS

ANCIENNES VIDEOS

ARTICLE EDIFIANT SITE ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES ET SITE "LACADEMIE.INFO" qui regroupe des instances telles l’AMF, la CIP, la CNCEF, la Cour d’appel de Paris, l’Ordre des avocats etc…

ECRITS

Nouveaux paradigmes d'analyse économique
14 août 2012

Et si certains ratios boursiers (PER, VAR, Price to Book) étaient faux ?
13 août 2012

Raisonner en flux comptables ou en dynamique financière ?
8 décembre 2010

 

DE L’AUTO-REGULATION FINANCIERE DES FONDS DE PLACEMENT

08 12 16

 

Dans mon dernier écrit « L’énigme de la liquidité » paru dans les colonnes de l'AGEFI Suisse le 25 11 dernier, j’écrivais « Les krachs boursiers ne sont trop souvent que des krachs d’origine informationnelle qui en ayant fait croire pendant des mois ou des années en des hausses boursières ont caché le pot aux roses (ou plutôt le pot des « illiquidités ») selon le principe de la chaîne ou pyramide de Ponzi. »

Comme le rappellent Olivier Hari, avocat, docteur en droit et Philippe Fischer, avocat, LL.M. (Harvard) 2011  dans leur document « Illiquidité et insolvabilité des véhicules de placements collectifs suisses – aspects juridiques choisi » GesKR 4 : « Faute d’un marché liquide, la tâche de déterminer la valeur de ces actifs est devenue plus ardue. » « Les investisseurs ne disposent pas, en principe, d’un droit d’intervention direct sur la gestion de leurs avoirs, ce qui créé un besoin de protection des investisseurs auquel la LPCC (loi fédérale  sur les placements collectifs de capitaux aspire à répondre. »

Ces derniers mots ‘juridiques’  du « besoin de protection des investisseurs » mentionnent la principale obligation professionnelle qui reste pour l’instant aux abonnés absents, à savoir une voie d’information financière plus adaptée (parfois moins trompeuse) aux fonds de placement à destination des épargnants non professionnels.

Si les performances financières réalisées sans échange de volumes significatifs ne sont qu’hérésie pour les épargnants non professionnels et risques systémiques pour les Etats, n’est-il pas du devoir des Etats d’imposer aux financiers d’en diminuer les aspects négatifs en intégrant, dans leur communication financière des fonds de placement, le calcul d’une performance pondérée par la faiblesse des volumes échangés du jour ?

Solution simple à mettre en place s’il n’y avait qu’un seul échange quotidien comme référent, mais quand les échanges se démultiplient à différents cours et différents volumes en une seule journée que faire ?

C’est parce que la cyclicité et la croissance de l’ampleur des krachs dues aux failles des valorisations boursières sont devenues une « normalité » que j’émets aux lecteurs avertis, aux professionnels et au-delà à la Confédération, une idée d’autorégulation des performances des fonds de placement.

En synthèse, là ou hier l’information financière ne faisait aucune différence entre les performances réalisées par les vendeurs du jour et les possesseurs de titres, nous substituons au principe actuel d’extrapolation du cours réalisé par la très faible minorité ayant vendu, à tous les porteurs de parts, une information pondérant graduellement les performances réalisées par cette très fiable minorité par le nombre total des investisseurs. En clair, ne plus vous dire que vous auriez tous pu gagner les 10% gagnés par les spéculateurs du jour, mais pondérer ces 10% par le nombre total de titres. Si ce n’est pas le paradis de la précision, cela évite de prendre « les oiseaux du bon Dieu pour des canards sauvages ».

Détail

1) Détermination d’un volume référentiel de base journalier (VRBJ) correspondant au volume moyen de l’ensemble des ordres de Bourse échangés l’année précédente sur le titre X divisé par le nombre de jours de Bourse de cette même année. Exemple : Le titre X a connu un volume d’échange total de 1 128 205 titres sur 221 jours en 2015 = 1128205/221 = 5 105 en volume référentiel de base journalier (VRBJ)

2) Comparaison du volume de jour qui pour cet exemple est de 7865 avec le volume référentiel de base journalier (VRBJ) de 5105.

 7865-5105 (volume référentiel de base journalier) = 2 760 titres au-dessus du volume référentiel de base journalier

3) Correction du cours du titre X

5 105 titres vont prendre 100% de la hausse qui pour cet exemple est fixée arbitrairement à 2,48 % et 2 760 titres vont voir leur hausse pondérée par un ratio volume moyen des échanges du jour ou volume de l’échange du cours de liquidation (pour l’exemple, nous considérons que c’est 145. Cela donne : volume du jour échangé 2,48*(145/7865)= 0,05 2 760 titres verront la hausse de 2,58 % ramenée à 0,05%

La hausse sera de 2,48% sur 5105 titres et de 0,05% sur 2760 titres soit pour 7865 titres : ((2,48*5105)+(0,05*2760))/7865= 1,63% au lieu de 2,48 %

On tempère le principe que quelques titres échangés fassent croire à des millions de personnes qu’elles se sont enrichies ou appauvries identiquement aux spéculateurs et l’on met fin au fait que quelques titres échangés à la baisse, allié à des articles négatifs dans la presse puissent créer et accélérer une psychose. Il est évident que pour des raisons de compréhension de ce principe, je n’ai pas évoqué les hypothèses qui nous permettraient très aisément et en toute logique financière et juridique de mettre en place un principe qui « autorégulerait » par paliers les incohérences boursières à la hausse ou à la baisse. Dans ce cas, plus l’effet de baisse ou de hausse serait important, plus l’effet de correction ferait son effet et plus la raison s’imposerait. Les valorisations comptables des fonds de placement seraient en toute logique juridique, financière, comptable et fiscale tempérées à la hausse et préservées à la baisse.

Ainsi, là où la panique sur quelques titres pouvait dégénérer en crise systémique, demain ce mouvement s’autorégulerait logiquement en simple baisse spéculative momentanée.

Les krachs étant avant tout sociologiques parce qu’«informationnels», c’est bien dans l’information et dans sa compréhension (mécompréhension) que résident l’origine des krachs. Adaptons et modifions l’information financière des épargnants non spéculateurs – qui représentent la masse qui renverse le sablier boursier - afin de faire un grand pas vers une meilleure stabilisation SOCIOlogique, ECOnomique, POlitique et FInancière mondiale.

Pour la stabilité des Etats, il est primordial de mettre fin aux mouvements boursiers issus de l’amalgame valorisation comptable/prix financier qui détournent les capitaux de l’économie réelle en faveur de la seule spéculation court terme et mathématique algorithmique.

Spéculation qui reporte in fine tous les risques financiers sur les épargnants et les Etats.

Substituer à l’ancienne régulation, qui consistait dans certains cas extrêmes à arrêter les cotations, un correcteur d’assiette automatique des cours lors des mouvements massifs à la hausse ou à la baisse aux pouvoirs destructeurs, telle est ma proposition.

« Du savoir-faire horloger « Swiss made » au savoir-faire et à l’innovation de l’horlogerie financière « Swiss made » 


Christian PIRE


Charte Humanity Invest

Information Socialement Responsable
6 janvier 2011

Français, investissez...
6 janvier 2011


1) Immobilier, simple logement ou pilier de l'Etat ?
26 décembre 2010


2) Immobilier et défiscalisation
26 décembre 2010


3) Immobilier/Bourse
26 décembre 2010 Mise à jour au 6 janvier 2015


Et si l'évaluation des SICAV et FCP était fausse ?

Comparatif de performances, oui mais ?

Qui avait écrit cela dès janvier 2007 ?

Nouvelle Calédonie

 Nouvelle calédonie

CHARTE KANAK


Comprendre et investir en bourse Réseau "Comprendre et Investir" : Répondre à l’obligation juridique de mettre le client en situation de compréhension avant et pendant ses investissements.

Comprendre notre économie avec socioecopofi SocioEcoPoFi

Comment s’aérer et prendre de la hauteur sur ses réflexions lorsque l’on est happé par son environnement privé et professionnel ?Comment sortir des bulles informationnelles qui nous sont proposées voire imposées ?

Découvrir socioecopofi
Humanity Invest

Humanity Invest est une volonté. La volonté de "Bien faire pour bien être". Humanity Invest est votre, notre, monde financier. La seule régulation opérationnelle est celle réalisée en amont des normes techniques par les épargnants et investisseurs eux mêmes.

Découvrir Humanity invest
Humanity Invest Agence d'Information FInancière Humainement Responsable

 

L'Agence d'Information FInancière Humainement Responsable complète l'information des cours officiels par une information plus réaliste et plus adaptée aux investisseursDécouvrir AIFIHR

Agence de cotation boursière alternative IHR AGENCE DE COTATION BOURSIERE ALTERNATIVE

Une Information Boursière Humainement Responsable.

Une lecture différente de la variation des cours de bourse afin d'apporter une plus grande sérénité aux investisseurs. Découvrir notre agence de cotation IHR


socioecopofi.com – Tous droits réservés – L’ensemble du contenu du site socioecopofi.com est protégé par les lois internationales sur les droits d’auteur, les programmes informatiques, les dessins et la protection de la propriété intellectuelle. La copie et la reproduction sont strictement interdites, tant dans la forme, ses idées ou son contenu, totalement ou partiellement, sans un accord écrit de son auteur Christian PIRE. Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3°a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement, réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que « les analyses et reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4), cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Conception web : Aladin Conseils Cration site internet à Grenoble