Socioecopofi

CAC 40 et s'il était trompeur voire FAUX ?

Du respect du droit à l'information juridiquement opérationnelle mis à jour au
10 04 15

NOUVEAU

ET LE 17 JANVIER 2017, LA CONFIRMATION DE MES PROPOS JURIDIQUES

 Nouveau : 21 06 16 Dernière décision juridique "Lecoq Vallon"

11 04 16 Décision juridique "Lecoq Vallon"

Christian PIRE ?

 

ARTICLE EDIFIANT SITE ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES ET SITE "LACADEMIE.INFO" qui regroupe des instances telles l’AMF, la CIP, la CNCEF, la Cour d’appel de Paris, l’Ordre des avocats etc…

ECRITS

Nouveaux paradigmes d'analyse économique
14 août 2012

Et si certains ratios boursiers (PER, VAR, Price to Book) étaient faux ?
13 août 2012

Raisonner en flux comptables ou en dynamique financière ?
8 décembre 2010

 

DROIT

 

Concernant ce sujet, depuis deux ans, mon expérience du droit me fait écrire cela :

" Si le juridique ne devient que lettre, la lettre étant multiple, le juridique en devenant multiple se transformera bien souvent en injustice."

Tant que l’on favorisera le sens par rapport à la lettre nous serons dans la justice.

C’est parce qu’aujourd’hui, trop souvent, la lettre et la faconde l’emportent sur le sens que pour la majorité des citoyens, le juridique n’est plus synonyme de justice.

L'application de la loi dans sa lettre devient le meilleur subterfuge à l’honnêteté, au sens du devoir, à l’honneur et à la justice.

La lettre, trop souvent manipulée et favorisée par rapport au sens, fait que l’injustice est devenue une acceptation tolérable et auto justificatrice voire un standard.

Je forme le voeu que les citoyens puissent continués d’êtres jugés dans le sens de la justice et non dans le sens de textes qui à force de jurisprudences (ou de manipulations) ne veulent plus rien dire et ne deviennent plus que des arguties juridiques offertes au plus talentueux (plus vicieux voire plus malhonnête) des défenseurs.

N’est-ce pas ce qui fait dire à Monsieur Jean-Pierre Jouyet, président de l’Autorité des Marchés financiers dans « Le Nouvel Observateur » du 24 décembre 2009 « Ce qui est légal n’est pas toujours moral ».

Où, quand même un très hauts fonctionnaires de la République atteste de l’immoralité du droit !

J’ai à ce stade une pensée « émue » pour Maître Lecoq Vallon qui avait « balancé » dans la presse une de mes sociétés comme ayant été prise dans le scandale Madoff. Si ce « joyeux délateur » s’était un minimum renseigné, il aurait su que dès 2006 je dénonçais la financiarisation et que dès janvier 2007 je conseillais de sortir des marchés. Position réitérée pendant plusieurs mois avant la crise. Et comme un délateur aime souvent faire participer un journal (ah, la propagande ! Diffamez délateur, il en restera toujours quelque chose. La france des "nazillons" de la balance n'est pas morte...bien au contraire. Je n’oublierai pas la revue UFC Que choisir qui en étant le relais de cette "balance" prouve son absence de professionnalisme et tout simplement son manque d'honnêteté.

Je forme le voeu que l’année 2010 donne tous les moyens aux juges, juristes et hommes de loi honnêtes pour qu’ils puissent continuer d’être des hommes de justice. Qu’ils sachent prendre le dessus sur les juristes moins préoccupés par la justice que par leur jeu malsain basé sur la transformation des faits, la diffamation et autres mensonges.

Non, la fin ne justifie pas des moyens malhonnêtes.

Bonne année 2010.

Christian Piré

 

Revue de presse concernant le droit

 

Stéphane Durand-Souffland dans "Le Figaro" du 30 mars 2010 en page 9 :


Article intitulé : Des ténors du barreau font un procès à la garde à vue.

« Ils reprochent à des policiers d'avoir tenu des propos «offensants» à leur égard.
 Entre autres amabilités, les policiers affiliés au syndicat Synergie-Officiers avaient estimé dans un tract de novembre 2009 qu'ils n'avaient «pas de leçon d'intégrité à recevoir de commerciaux dont les compétences en matière pénale sont proportionnelles au montant des honoraires perçus». Les «commerciaux» en question portent la robe d'avocat et ils ont fort peu prisé ce persiflage, en plein débat sur la réforme de la garde à vue et la présence envisagée des conseils auprès des personnes retenues. D'autant que Patrice Ribeiro, secrétaire général adjoint de Synergie, avait enfoncé le clou, affirmant à la radio que «rien ne garantit que l'avocat ne va pas donner aux voyous le nom des victimes ou des témoins» s'il assiste aux interrogatoires. »

Marie Bellan dans « La Tribune » du 24 février 2010 en page 2 :

Article intitulé : Le médiateur de la République dénonce l’inflation législative.

Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République « « Des difficultés d’application des textes, voire génère des situations d’iniquités », et pose un problème d’accès effectifs aux droits. »

Guy Sorman, essayiste et économiste, dans "Le Figaro" du 9 février 2010 page 14 :

Article intitulé : Des juges au-dessus de tout soupçon ?

« En démocratie, la justice est censée être indépendante. Mais juges et procureurs sont-ils, eux, indépendants ? En fait, nombre d’entre eux sont impliqués dans des affaires politiques et poursuivent leurs objectifs – voire des vendettas – propres. Les magistrats n’hésitent pas à lancer des accusations de corruption contre les gouvernements et les partis au pouvoir – servant ainsi leurs intérêts partisans et corporatistes. Je ne vois aucune raison de faire davantage confiance aux juges et aux procureurs qu’aux présidents et législateurs. Il est temps que le quatrième pouvoir – les médias – enquête sur l’attitude et les motivations des magistrats, à la fois individuellement et collectivement, comme il le fait sur les élus. »

André Compte-Sponville dans « Challenges » du 4 février en page 38 :

Article intitulé : Préserver la saine froideur de la justice.

« Hélas, on s’approche de la démocratie d’opinion, où règnent les images et les émotions. »

Cécile Prieur, service France, dans "Le Monde" du 3 février 2010 page 2 :

Article intitulé : Clearstream : le parquet à l’heure du soupçon.

« La justice est autant une affaire d’apparence que de droit. »

Alain-Gérard Slama dans « Le Figaro » du 18 novembre 2009  page 17 :

« La procédure est inséparable du fond, et c’est, dans notre système judiciaire, le fond, c’est-à-dire le droit, qui souffre du plus grand malaise. Le droit reflète l’état d’une société plus encore qu’il n’agit sur elle. Or le droit évolue, en France, dans un sens qui entretient le soupçon, prend en compte le ressentiment, reflète la surenchère de demandes de sécurité, trahit la dégradation des rapports de civilité, encourage les plaintes et encombre les tribunaux. Les détournements de procédure sont les fruits amers de cette évolution. Aucune réforme du système judiciaire ne peut espérer aboutir tant que la justice restera l’otage des pressions du pouvoir politique d’un côté, et des passions publiques de l’autre. Avant même le choix de procédure, qui assurément, en ces matières, jouent un rôle, c’est l’évolution de notre droit lui-même, de sa stabilité et de sa cohérence qui est en cause. »

 

Charte Humanity Invest

Information Socialement Responsable
6 janvier 2011

Français, investissez...
6 janvier 2011


1) Immobilier, simple logement ou pilier de l'Etat ?
26 décembre 2010


2) Immobilier et défiscalisation
26 décembre 2010


3) Immobilier/Bourse
26 décembre 2010 Mise à jour au 6 janvier 2015

 

Et si l'évaluation des SICAV et FCP était fausse ?

Comparatif de performances, oui mais ?

Qui avait écrit cela dès janvier 2007 ?

Nouvelle Calédonie

  Nouvelle calédonie

CHARTE KANAK


Comprendre et investir en bourse Réseau "Comprendre et Investir" : Répondre à l’obligation juridique de mettre le client en situation de compréhension avant et pendant ses investissements.

Comprendre notre économie avec socioecopofi SocioEcoPoFi

Comment s’aérer et prendre de la hauteur sur ses réflexions lorsque l’on est happé par son environnement privé et professionnel ?Comment sortir des bulles informationnelles qui nous sont proposées voire imposées ?

Découvrir socioecopofi
Humanity Invest

Humanity Invest est une volonté. La volonté de "Bien faire pour bien être". Humanity Invest est votre, notre, monde financier. La seule régulation opérationnelle est celle réalisée en amont des normes techniques par les épargnants et investisseurs eux mêmes.

Découvrir Humanity invest
Humanity Invest Agence d'Information FInancière Humainement Responsable

 

L'Agence d'Information FInancière Humainement Responsable complète l'information des cours officiels par une information plus réaliste et plus adaptée aux investisseursDécouvrir AIFIHR

Agence de cotation boursière alternative IHR AGENCE DE COTATION BOURSIERE ALTERNATIVE

Une Information Boursière Humainement Responsable.

Une lecture différente de la variation des cours de bourse afin d'apporter une plus grande sérénité aux investisseurs. Découvrir notre agence de cotation IHR


socioecopofi.com – Tous droits réservés – L’ensemble du contenu du site socioecopofi.com est protégé par les lois internationales sur les droits d’auteur, les programmes informatiques, les dessins et la protection de la propriété intellectuelle. La copie et la reproduction sont strictement interdites, tant dans la forme, ses idées ou son contenu, totalement ou partiellement, sans un accord écrit de son auteur Christian PIRE. Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3°a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement, réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que « les analyses et reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4), cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Conception web : Aladin Conseils Cration site internet à Grenoble