Socioecopofi

CAC 40 et s'il était trompeur voire FAUX ?

Du respect du droit à l'information juridiquement opérationnelle mis à jour au
10 04 15

NOUVEAU

ET LE 17 JANVIER 2017, LA CONFIRMATION DE MES PROPOS JURIDIQUES

 Nouveau : 21 06 16 Dernière décision juridique "Lecoq Vallon"

11 04 16 Décision juridique "Lecoq Vallon"

Christian PIRE ?

 

DERNIERES VIDEOS

ANCIENNES VIDEOS

ARTICLE EDIFIANT SITE ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES ET SITE "LACADEMIE.INFO" qui regroupe des instances telles l’AMF, la CIP, la CNCEF, la Cour d’appel de Paris, l’Ordre des avocats etc…

ECRITS

Nouveaux paradigmes d'analyse économique
14 août 2012

Et si certains ratios boursiers (PER, VAR, Price to Book) étaient faux ?
13 août 2012

Raisonner en flux comptables ou en dynamique financière ?
8 décembre 2010

 

 

information socialement responsable

mis en ligne le 6 janvier 2011

Préambule à l’article ci-dessous


Extrait de la revue de presse
R.R. dans « Les Echos » en date du 4 janvier 2011 :
Article intitulé : BNP Paribas  a gelé deux fonds pour mieux assurer leur liquidité   
« Ce gel, confirmé par la banque, n’est pas sans rappeler celui auquel elle avait procédé en août 2007 sur trois fonds d’investissement montrant que la crise américaine des crédits « subprime » était en train de se répandre en Europe. Néanmoins, l’agence Reuters s’est procuré hier une lettre envoyée par la banque à ses clients où elle indique que ces fonds en question – des fonds de fonds investis dans des hedge funds et baptisés « Opportunity » et « Serenity » – auraient été gelés à la suite de demandes« significatives » de rachat et non pas uniquement pour des raisons techniques liées à un transfert de gestion. Dans sa lettre datée du 26 novembre 2010, la banque écrit à ses clients que, « compte tenu des montants actuels et envisagés de rachats significatifs, le conseil d’administration considère qu’honorer immédiatement ces demandes de rachat avec les actifs liquides disponibles laisserait les investisseurs des fonds sous-jacents avec une portion plus importante d’actifs illiquides. »


Commentaire : Cette situation d’illiquidité est la situation de quasiment tous les FCP et SICAV commercialisés en France. A quand l’obligation pour les promoteurs de FCP et de SICAV de communiquer leur indice de liquidité 3L? Comment se fait-il que les Commissaires aux comptes certifient ce type de fonds ? 



INFORMATION SOCIALEMENT  RESPONSABLE 



A l’heure où l’on parle de protection des consommateurs, de risque systémique et d’investissement socialement responsable, est-il pertinent, si l’on veut transformer ces paroles « socialement responsable » et de « bonne gouvernance » en un postulat, de maintenir le système d’information actuel sur les cours de bourse ?
Dans  le cadre de la réalisation de ces objectifs d’honnêteté, cette question mérite d’être, non seulement posée, mais réfléchie.
En effet,  il est totalement paradoxal de maintenir un système de cotation et de valorisation boursier qui, en ne prenant pas en compte les volumes échangés, communique une valeur sujette à caution.
Actuellement, il suffit d’un faible échange de titres pour faire croire, à l’ensemble des porteurs de parts, en une hausse ou en une baisse de l’ensemble des titres.
Exemple : Lors de la séance boursière du 4 janvier, la plus forte hausse est Société Générale + 3,01% Le capital échangé est de 0,49%. Soit 3 653 845 actions sur un total de 746 241 631 actions.
Aujourd’hui, comment peut-on encore donner ce type d’information, source de croyances erronées,  à des épargnants ?
Ces cours totalement virtuels deviennent des réalités pour les investisseurs et les épargnants non professionnels.
Pire, ils sont, par la mention juridique « Les performances du passé ne présagent pas des performances du futur » validés juridiquement comme des performances réalisés pour l’ensemble des porteurs de parts.
En clair, le juridique en « certifiant » la valeur officialise un cours irréel. Situation juridique ambigüe issue de la certification des Commissaires aux comptes.
Combien d’investisseurs en se croyant riches lors des phases de hausses boursières n’ont-ils pas emprunté pour de l’immobilier en mettant leur contrat d’assurance-vie en garantie ?
Combien d’investisseurs n’ont-ils pas augmenté ou diminué leur consommation du fait de l’information boursière ?
Ah, l’effet euphorisant… ou paniquant du journal de 13h annonçant une énième hausse ou baisse boursière !
Situation encore plus aberrante, lorsque l’on sait que la volatilité artificielle due à ce système de cotation fait quotidiennement  l’objet de nombreuses proses pour la justifier et en tirer un enseignement pour le futur.
Si cette situation ubuesque s’arrêtait là, cela pourrait encore être « acceptable ».
Mais de ces mouvements, somme toute anodins, l’environnement économique, politique et financier en extrapole une réalité financière globale et systémique sur laquelle sont prises des décisions engageant tous les Etats et les citoyens.
L’importance d’un cours de bourse et d’une information raisonnée doit s’imposer aux financiers afin d’éviter les déstabilisations étatiques suite aux effets inflationnistes ou déflationniste des cours.
Effets boostés ou empirés par les crédits.
C’est pourquoi, je propose deux améliorations :
-    Distinguer le cours officiel, qui en fait est le cours de spéculation (échange à un moment donné  et pour un volume donné), d’un cours relevant de l’information socialement responsable (cours dit  ISR). Ce cours serait pondéré par le volume jour échangé sur le flottant. Pour exemple dans le cas ci-dessus la performance de +3,01% deviendrait 0,085% (voir site   www.agencedecotationisr.com)
-    Imposer aux OPCVM de communiquer leur indice de liquidité 3L et leur pyramide des liquidités tenant compte des volumes échangés sur le marché officiel selon les principes suivants :


Indice de liquidité 3L 


LLL : liquidité respectant les volumes quotidiens. Feu vert.
LL : liquidité respectant les volumes hebdomadaires. Feu orange.
L : liquidité respectant les volumes mensuels. Feu rouge. Faire attention en cas de crise.
HL : Hors liquidité. L'absence de liquidité ne permet pas de donner une quelconque validité aux performances annoncées. Notamment, en cas de forts retraits des investisseurs. Ce fait ne signifie pas que le titre est mauvais mais simplement que la ligne d'investissement est trop importante par rapport au marché avec pour conséquence que les performances annoncées sont irréalisables pour la plupart des investisseurs.


Exemple de la « Pyramide des liquidités© » d’un FCP.
Cette pyramide permet à l’investisseur de visualiser immédiatement les pourcentages des différentes liquidités.


 
Pour terminer cet article, un extrait du rapport  « Gouvernance dans l’Union Européenne » de 2001 rédigé par le groupe de travail et présidé par Helmut Schmitt Von Sydow.
 « Dans le contexte plus spécifique de la gouvernance, l’évaluation et la transparence cesse d’être une option pour devenir un impératif. »  
et
Michel Prada, ancien président de l’AMF  et président du Conseil des trustees de l’International Valuation Standards Board, dans « La Tribune » daté du 6 décembre 2010 en page 37 :
Article intitulé : Refonder l’évaluation financière pour restaurer la confiance

« Les problèmes de valorisation sont au cœur des crises. Le sujet de l’évaluation financière échappe aujourd’hui à l’écran radar de la plupart des acteurs et des observateurs des marchés financiers. C’est là un véritable paradoxe au regard du rôle central joué par les problèmes de valorisation des actifs dans les dernières crises qui ont secoué nos économies. L’incapacité des institutions financières à valoriser de façon précise et convaincante leurs actifs financiers complexes en l’absence de transactions sur le marché a en effet déclenché une crise de confiance sans précédent depuis 1929. L’heure est aujourd’hui à une refondation de l’évaluation financière, qui doit concerner tant les pratiques de place de la profession que sa déontologie. »


Avis aux « politiques », aux associations de CIF, CGP et autres intervenants financiers !


Charte Humanity Invest

Information Socialement Responsable
6 janvier 2011

Français, investissez...
6 janvier 2011


1) Immobilier, simple logement ou pilier de l'Etat ?
26 décembre 2010


2) Immobilier et défiscalisation
26 décembre 2010


3) Immobilier/Bourse
26 décembre 2010 Mise à jour au 6 janvier 2015


Et si l'évaluation des SICAV et FCP était fausse ?

Comparatif de performances, oui mais ?

Qui avait écrit cela dès janvier 2007 ?

Nouvelle Calédonie

 Nouvelle calédonie

CHARTE KANAK


Comprendre et investir en bourse Réseau "Comprendre et Investir" : Répondre à l’obligation juridique de mettre le client en situation de compréhension avant et pendant ses investissements.

Comprendre notre économie avec socioecopofi SocioEcoPoFi

Comment s’aérer et prendre de la hauteur sur ses réflexions lorsque l’on est happé par son environnement privé et professionnel ?Comment sortir des bulles informationnelles qui nous sont proposées voire imposées ?

Découvrir socioecopofi
Humanity Invest

Humanity Invest est une volonté. La volonté de "Bien faire pour bien être". Humanity Invest est votre, notre, monde financier. La seule régulation opérationnelle est celle réalisée en amont des normes techniques par les épargnants et investisseurs eux mêmes.

Découvrir Humanity invest
Humanity Invest Agence d'Information FInancière Humainement Responsable

 

L'Agence d'Information FInancière Humainement Responsable complète l'information des cours officiels par une information plus réaliste et plus adaptée aux investisseursDécouvrir AIFIHR

Agence de cotation boursière alternative IHR AGENCE DE COTATION BOURSIERE ALTERNATIVE

Une Information Boursière Humainement Responsable.

Une lecture différente de la variation des cours de bourse afin d'apporter une plus grande sérénité aux investisseurs. Découvrir notre agence de cotation IHR


socioecopofi.com – Tous droits réservés – L’ensemble du contenu du site socioecopofi.com est protégé par les lois internationales sur les droits d’auteur, les programmes informatiques, les dessins et la protection de la propriété intellectuelle. La copie et la reproduction sont strictement interdites, tant dans la forme, ses idées ou son contenu, totalement ou partiellement, sans un accord écrit de son auteur Christian PIRE. Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3°a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement, réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que « les analyses et reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4), cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Conception web : Aladin Conseils Cration site internet à Grenoble